Chauffage résidentiel : l’ère du minimalisme

par dans Énergie

Want create site? Find Free WordPress Themes and plugins.
Pourquoi installer des plinthes électriques sous chaque fenêtre quand on peut tout chauffer à partir d’un seul appareil et en plus climatiser? L’idée est louable, mais encore faut-il obtenir un confort homogène dans tout le domicile. C’est le défi qu’a relevé le Groupe DATECH d’Énergir avec le Centre des technologies du gaz naturel (CTGN), grâce à une approche novatrice qui réduit à la fois les dépenses et l’encombrement.

Le principe des « conduits minimalistes » ne date pas d’hier. Des bâtiments industriels et commerciaux accueillent ce genre d’installation depuis des décennies. Mais jusqu’ici, le confort n’était pas le principal enjeu. On plaçait une chaudière dans un coin, on y reliait des sorties d’air sans trop se soucier de leur positionnement et de leur configuration, et on obtenait des zones soit trop chauffées, soit pas assez à travers les locaux.

Ce qui est acceptable dans une manufacture l’est moins en milieu résidentiel, où on se doit d’offrir un confort uniforme partout, que l’on soit près des fenêtres, à table ou allongé sur le sofa. C’est pourquoi les promoteurs préfèrent placer de multiples bouches d’air à proximité des ouvertures, le plus souvent au sol ou dans des plafonds soufflés. L’approche est coûteuse, mais faute de mieux, c’était la plus satisfaisante.

Les recherches récentes du Groupe DATECH d’Énergir avec le CTGN viennent changer la donne.

En testant de nombreuses configurations dans un appartement-modèle soumis à des conditions météorologiques extrêmes (jusqu’à -23 °C), ces équipes ont démontré qu’il est possible d’atteindre un confort optimal en introduisant l’air chaud dans chaque pièce à partir d’un diffuseur situé en haut du mur opposé aux fenêtres.

Définir les meilleures pratiques pour garantir le confort

En fin de compte, les tests réalisés au CTGN ont permis de définir les meilleures pratiques en matière de positionnement des diffuseurs, de débit d’air, et d’angle de diffusion (soit l’orientation des déflecteurs), afin de répondre aux exigences des normes de confort ANSI/ASHRAE 55‑2010, basées sur les critères de vitesse de l’air, de température au plancher, de stratification de la température, de variations dans le temps et d’asymétrie de la température radiante.

Désormais, les promoteurs sauront comment s’y prendre pour réduire efficacement les sources de chaleur. Non seulement les sources de diffusion de chaleur peuvent être moins nombreuses, mais elles peuvent aussi être réunies au centre du logement, ce qui évite d’installer de longs circuits. D’où le minimalisme.

Outre les gains en hauteur, les conduits minimalistes permettent de gagner de l’espace au sol. En effet, un seul ventilo-convecteur, qui peut aussi climatiser, peut être placé dans un plafond surbaissé à l’entrée du logement, plutôt que d’occuper inutilement la superficie d’une garde-robe, par exemple.

Déjà, des promoteurs de condos ont adopté l’approche recommandée par le Groupe DATECH de Énergir et le CTGN. En plus des réductions de coûts et d’encombrement, les conduits minimalistes rapportent un niveau de bruit similaire à celui des installations traditionnelles. Même confort, moins d’effort : ils ont décidément tout pour séduire. Le règne des plinthes électriques tire-t-il à sa fin?

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

9 commentaires

  • […] à modulation de puissance pour les unités de toit. Enfin, il a conçu un système de chauffage par conduits minimalistes à efficacité […]

    Répondre à CTGN : en route vers l’intelligence énergétique | Blogue | Gaz Métro
  • Avatar
    Plomberie G Courchesne

    Bel article qui démontre clairement les défis du chauffage résidentiel en 2016 !

    Répondre à Plomberie G Courchesne
  • Avatar
    Hafid Nour Ing.

    Bonjour
    L’idée d’utiliser l’air pulsé est génial, pour éliminer les plinthes électrique mon souci principal comment vaincre la déperdition de la chaleur pendant l’hiver avec une alimentation juste de 22 deg. (l’air pulsé si on utilise des conduits minimaliste. voulez vous m’envoyer la capacité de chauffage et de climatisation de ce type d’équipement. je suis très intéresse pour ce système.

    Répondre à Hafid Nour Ing.
    • Gaz Métro
      Gaz Métro

      Bonjour Hafid, nous sommes contents que vous partagiez notre enthousiasme avec l’air pulsé ! Dans nos tests réalisés au Centre des technologies du gaz naturel (CTGN), la température de consigne était de 22 °C au thermostat de chauffage et nous alimentions la pièce de test avec un air à 34 °C. C’est un écart de température plus faible que celui recommandé par l’ASHRAE, mais c’était suffisant dans notre pièce. Le secret : il faut utiliser des bouches de diffusion qui projettent bien droit l’air chaud d’alimentation, le jet d’air ne doit pas être cassé par le plafond, afin d’aller le plus loin possible et atteindre le mur opposé qui est vitré. À noter que ce concept n’est pas un équipement, mais une manière de diffuser l’air dans une pièce. La capacité des équipements constitutifs de cette solution de diffusion (fournaise et ventilo-convecteur) est évaluée selon le type de bâtiments et les diffuseurs d’air sont adaptés à ceux-ci.

      Répondre à Gaz Métro
      • Avatar
        Jonathan

        Bonjour,
        L’article est très intéressant, mais il manque beaucoup d’informations techniques permettant de réaliser ce concept en design.

        La température d’alimentation de 34°C que vous mentionnez devrait apparaitre dans l’article, car cela a une influence directe sur le débit d’air qui doit être envoyé dans la pièce pour combattre les déperditions thermiques.

        De plus, quelle est la vitesse à laquelle l’air doit frapper le mur opposé pour assurer une bonne diffusion? Cette information essentielle pour le design permettra d’évaluer la distance maximale que la grille de ventilation peut se trouver du mur opposé.

        Merci

        Répondre à Jonathan
        • Gaz Métro
          Gaz Métro

          Bonjour Jonathan, conscients du besoin d’informations supplémentaires sur ce sujet, nous sommes en train de préparer une fiche technique remplie de recommandations à l’attention des installateurs en ventilation. On retrouvera dedans, entre autres, le fait que l’air doit frapper le mur opposé à une vitesse de 100 pi/min (mesuré à température de l’air ambiant) et que la température de l’air de diffusion doit être de 8 à 15°C de plus que la température de consigne (ASHRAE). Encore merci de vos commentaires pertinents!

          Répondre à Gaz Métro
  • Avatar
    A. Moulin

    Voici un système qui libère les dalles ce qui est utile en réhabilitation, et permet de conserver le béton brut en finition.

    Répondre à A. Moulin

Laissez un commentaire