Le gaz naturel sorti du bois

par dans Énergie

Biomasse forestière
Want create site? Find Free WordPress Themes and plugins.
Il n’y a pas que nos déchets de table qui peuvent être transformés en gaz naturel renouvelable. La biomasse forestière est aussi une excellente source, et son procédé de conversion est encore plus rapide. De quoi diversifier davantage le portefeuille d’énergies propres du Québec.

De par son abondance dans nos régions, la biomasse forestière (sciures et copeaux de bois, écorces, cimes, branches, rabotures) offre un potentiel important de production de gaz naturel renouvelable (GNR), en complémentarité avec les projets de biométhanisation.

L’enjeu est important pour le Québec, qui souhaite notamment miser sur le potentiel énergétique de la biomasse forestière pour réduire ses émissions de gaz à effet de serre. Le gouvernement nomme d’ailleurs le GNR parmi les sources d’énergie à développer dans sa Politique énergétique 2030.

Le procédé HPC, de la brindille au tuyau

Le Centre des technologies du gaz naturel (CTGN) a testé l’an dernier, en partenariat avec l’entreprise britanno-colombienne G4 Insights, un nouveau procédé appelé l’hydrogénation pyrocatalytique (HPC).

Ce procédé comprend quatre étapes. D’abord, la biomasse est broyée en fines particules; puis, elle est chauffée rapidement à 500 °C pour produire un gaz de pyrolyse; celui-ci est ensuite converti en méthane à l’aide d’un catalyseur; enfin, le méthane est purifié pour atteindre les qualités requises.Biomasse forestière, gaz naturel renouvelable

Le gaz naturel renouvelable ainsi obtenu est semblable sur le plan chimique au gaz naturel conventionnel et peut être injecté directement dans le réseau gazier.

Pour Énergir, l’avantage est double. D’un côté, l’entreprise peut accroître la proportion de gaz naturel renouvelable dans son réseau, et satisfaire ses clients soucieux de réduire leur empreinte carbone. De l’autre, elle peut diversifier ses sources d’énergie renouvelables, qui comptent déjà le biométhane (digestion anaérobie), l’éolien et le solaire.

L’arbre qui cache la forêt

Les essais effectués ont permis de conclure que le procédé HPC est technologiquement exploitable. On envisage maintenant d’en développer la production commerciale. Énergir projette la construction d’une usine-pilote au Québec, à proximité de son réseau, en collaboration avec G4 Insights et d’autres partenaires de l’industrie forestière et des technologies propres.

Cette usine-pilote permettra d’optimiser l’efficacité du procédé HPC en conditions réelles et d’évaluer son potentiel de production de GNR après une exploitation en continu de 12 mois.

Si les essais sont concluants, on pourra passer à la production à plus grande échelle. Le GNR issu de biomasse forestière pourra ainsi être injecté dans le réseau gazier et contribuer à l’atteinte des cibles de réduction des GES et à un meilleur avenir énergétique pour le Québec.

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

Laissez un commentaire