Quoi mettre dans son bac brun afin de créer de l’énergie!

par dans Énergie

Want create site? Find Free WordPress Themes and plugins.
Ils sont de plus en plus nombreux et ils sont là pour de bon. Sans faire de bruit, les bacs (et les sacs) bruns se sont imposés dans notre vie quotidienne et nous ont amenés à adopter de nouvelles habitudes. Mais savez-vous vraiment ce qu’on peut y mettre? Et comment leur contenu est-il utilisé? Voici des réponses qui vous feront apprécier encore davantage leur utilité…

Un bac brun, ça mange quoi en hiver?

Savez-vous comment « nourrir » votre bac ou votre sac brun? Si vous n’en êtes pas certain, voici un petit guide pratique qui vous aidera à trier les matières que vous pouvez y déposer.

Est-ce que ça se mange?

Pelures et pieds de fruits et légumes, os de viandes et volailles, coquilles d’œufs, écales de noix et noyaux de fruits, restes de table, filtres à café et sachets de thé.

Est-ce en papier ou en carton souillé ou pour emballer? (Sinon, ça va au recyclage.)

Boîtes de pizza et de pâtisserie, assiettes et verres en carton, papiers-mouchoirs et serviettes de table en papier souillés.

Est-ce un résidu de jardin? (Sauf les branches.)

Feuilles, fleurs et plantes mortes, gazon, sciure, écorce, copeaux de bois, résidus de jardin et de platebandes.

Du bac brun au gaz naturel renouvelable

Une fois les matières organiques reccueillies, on les achemine à une usine de biométhanisation. La biométhanisation est un procédé de traitement des matières organiques : celles-ci sont placées dans des biodigesteurs, d’immenses cuves dont l’action est comparable à celle d’un estomac format géant. À ce moment, la décomposition des matières produit naturellement du méthane, que l’on récolte pour en faire du gaz naturel renouvelable. Le gaz naturel renouvelable est une énergie carboneutre de source 100 % renouvelable, qui peut être injecté dans le réseau gazier. L’énergie est prête à être consommée, de la même façon que le gaz naturel conventionnel : transport, chauffage, cuisson, eau chaude, etc. À la fin du procédé de biométhanisation, il demeure un résidu appelé digestat qui peut servir de fertilisant. Pour en savoir plus sur le sujet, lisez cet article et testez vos connaissances à l’aide de ce jeu-questionnaire.

Un modèle à suivre

À l’heure actuelle, Saint-Hyacinthe est la seule municipalité dont le GNR est injecté dans le réseau gazier d’Énergir grâce à son centre de valorisation des matières organiques et son usine de biométhanisation. Toutefois, la ville de Québec, la Société d’économie mixte d’énergie renouvelable de la région de Rivière-du-Loup (La Sémer), la Coop Agri-Énergie Warwick et la Régie de gestion des matières résiduelles de la Mauricie en feront de même prochainement. Ce genre de pratique favorise non seulement une réduction importante des gaz à effet de serre, mais peut générer des profits qui contribuent à l’amélioration des services aux citoyens et à la réduction de leur impôt foncier. À Saint-Hyacinthe, par exemple, la municipalité a conclu une entente qui prévoit le rachat des surplus de gaz naturel renouvelable par Énergir, ce qui devrait générer des profits annuels de plus de 3,6 millions $, y compris des économies d’un demi-million de dollars en carburant pour les véhicules et en chauffage pour les édifices municipaux. Comme quoi votre bac brun peut faire beaucoup de chemin!

Le saviez-vous? Selon Recyc-Québec, 47 % des résidus générés par les Québécois (soit 187 kg/an) sont des matières organiques qui peuvent être compostées ou réutilisées.

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

4 commentaires

  • Avatar
    Jasmine

    Très instructif comme article. Je ne savais pas que le bac brun pouvait produire de l’énergie; je croyais que ce n’était que pour fabriquer du compost, quoique déjà intéressant. Je vais apporter une attention encore plus particulière à mon bac brun dorénavant.

    Répondre à Jasmine
  • Avatar
    Yvan Lemiree

    Merci. Ça nous renseigne sur la possibilité de nouvelles richesse renouvelables et on en apprend un peu plus sur la science. C’est par des petits gestes comme celui-ci qu’on fait de la vulgarisation scientifique.h

    Répondre à Yvan Lemiree
    • Énergir
      Énergir

      Merci pour votre commentaire Yvan, contents que vous ayez aimé votre lecture.

      Répondre à Énergir

Laissez un commentaire