9 femmes entrepreneures inspirantes dans le secteur des technologies et de l’innovation

par dans Mon entreprise

femmes inspirantes
Want create site? Find Free WordPress Themes and plugins.
Les femmes entrepreneures sont de plus en plus nombreuses au Québec. L’Indice entrepreneurial québécois 2018 réalisé par la Fondation de l’entrepreneurship, en collaboration avec la Caisse de dépôt et placement du Québec, montre que 41 % de l’ensemble des propriétaires d’entreprises du Québec sont des femmes. J’ai choisi de vous en présenter quelques-unes qui sont installées au Québec et qui œuvrent dans le secteur des technologies et de l’innovation. À noter qu’il s’agit, ici, d’une sélection personnelle et non d’une liste officielle. Je profite, d’ailleurs, de l’occasion pour féliciter toutes les femmes entrepreneures du Québec.

Caroline Arnouk, fondatrice de Technologies OPA

Lancé en 2015, le logiciel OPA permet de faire la gestion des entraves à la circulation et de la mobilité routière en un clic. Caroline Arnouk a eu l’idée de ce logiciel alors qu’elle travaillait comme ingénieure pour la Ville de Montréal. Rapidement, elle remarque que les travaux de réfection des infrastructures pouvaient être gérés d’une meilleure façon que simplement avec l’aide d’un fichier Excel. C’est alors qu’elle décide de quitter son emploi pour se lancer en affaires afin de réaliser son projet innovateur. Ne possédant aucune connaissance dans la programmation, elle s’entoure d’ingénieurs spécialisés dans le domaine afin de faire évoluer son logiciel pour qu’il soit le plus convivial et intuitif possible.

Carina Poulin, présidente et cofondatrice de Time Passport

Démarré en 2016, Time Passport est un studio de réalité augmentée qui se spécialise dans le voyage temporel en faisant vivre, à ses utilisateurs, le passé sur des sites historiques. Carina Poulin a eu l’idée de ce projet lors d’un voyage à Rome. Elle rêvait de voir dérouler le passé de cette ville historique sur son cellulaire. Pour concevoir ce studio à la hauteur de ses attentes, elle s’est accompagnée d’un historien, d’un désigner, d’un programmeur de réalité augmentée, d’un artiste 3D et d’un bon administrateur.

Julie Hubert, présidente et fondatrice de Workland

Fondée en 2013, Workland est une plateforme qui facilite l’acquisition de talents en entreprise grâce au pouvoir de l’intelligence artificielle. Julie Hébert a eu l’idée de ce concept, en 2011, après avoir eu de la difficulté à se trouver un emploi. Elle venait de quitter un poste de cadre dans une compagnie de transformation agroalimentaire pancanadienne après trois ans de loyaux services. Elle s’est, rapidement, entourée d’experts en technologies de l’information (TI) et en ressources humaines (RH) afin de « compenser son manque de connaissances » dans ces deux domaines spécialisés.

Marianne Burkic, fondatrice et CEO de Yapouni

Lancé en 2016, Yapouni est un jeu accessible sur tablette dont le but est de permettre aux enfants hospitalisés de 3 à 8 ans ainsi qu’à leurs parents d’apprivoiser la maladie, de mieux la comprendre, d’appréhender le processus des soins et de dédramatiser l’hospitalisation. Marianne Burkic a eu cette idée durant des activités de bénévolat qu’elle effectuait auprès d’enfants malades. Elle avait bien saisi le sentiment de culpabilité ressenti par certains enfants qui voyaient leurs parents inquiets face à leur maladie.

Noémie Dupuy, cofondatrice et co-PDG de Budge Studios

Créée en 2010, Budge Studios a pour mission de stimuler, d’éduquer et de divertir les enfants du monde entier par le biais d’applications créatives et innovatrices. La création de l’entreprise de Noémie Dupuy s’est concrétisée suite à la rencontre de ses futurs associés dans un petit café sur le boulevard Saint-Laurent à Montréal. Aujourd’hui, Budge Studios est un leader mondial en matière d’applications pour enfants sur téléphones intelligents et tablettes.

Mathilde Gosselin, présidente et fondatrice de Materium Innovations

Créée en 2010, Materium Innovations offre des produits à base de microsphères creuses de silice et de graphène ainsi que des services de microencapsulation. Mathilde Gosselin a eu l’idée de son entreprise après et son équipe voulaient fabriquer des textiles intelligents, des textiles anti-feu répondant aux normes exigées. Le marché n’était toutefois pas intéressé. Ce premier axe de développement n’a pas levé comme prévu contrairement à ceux qui gravitaient autour. L’orientation de Materium Innovations devient, finalement, celle d’aujourd’hui. Une suite de découvertes et d’ajustements qui ont suscité l’intérêt du marché.

Elizabeth Stefanka, présidente et fondatrice de Stefanka

Lancée en 2014, Stefanka, une entreprise de logiciels offrant aux détaillants de vêtements des solutions interactives de recommandations de vêtements. Elizabeth Stefanka était frustrée de ne pas trouver, facilement, des sous-vêtements bien ajustés à son corps. Elle a commencé par faire de la confection sur mesure et ensuite a eu l’idée de remettre le consommateur au centre du processus d’achat. Elle s’est entourée d’un réseau entrepreneurial solide afin d’atteindre ses objectifs professionnels.

Narjès Boufaden, fondatrice et chef de la direction de Keatext

Créée en 2010, Keatext aide les organisations à entretenir des relations significatives avec leurs clients en fournissant instantanément des précisions sur ce qui leur tient le plus à cœur et en augmentant leur capacité à répondre rapidement à leurs besoins. Narjès Boufaden a commencé seule à titre de travailleuse autonome en misant sur un service professionnel destiné aux entreprises. Voulant passer du modèle de fournisseur de services à celui de logiciel de service (Software as a service, ou SaaS), elle a fait appel à un mentor puis a formé un comité consultatif afin d’exposer sa nouvelle façon de voir l’entreprise. Ensuite, elle s’est entourée de personnes clés pour réussir à atteindre la nouvelle direction imaginée.

Aurélie Sauthier, présidente, Made in

Fondée en 2011, Made in est l’agence de référence en marketing d’influence. L’entreprise a démarré alors que personne ne s’intéressait encore à ce qui est devenu, aujourd’hui, une tendance majeure pour les marketeurs. Aurélie Sauthier, accompagnée de sa sœur, a rapidement saisi l’occasion d’apporter la connaissance des acteurs numériques et de leurs communautés auprès des marques, puis de permettre aux influenceurs d’être rémunérés pour leur contenu et leur auditoire. Fière d’avoir acquis la confiance de grands annonceurs dès la première année d’existence de son entreprise, elle est considérée, aujourd’hui, comme une pionnière du marketing d’influence.

À vous la parole maintenant. Quelles sont les femmes entrepreneures du secteur des technologies et de l’innovation qui vous inspirent?

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

Laissez un commentaire