Six fausses croyances sur le gaz naturel pour véhicules (GNV)

L’utilisation du gaz naturel dans le secteur du transport est en forte croissance en Amérique du Nord, et le Québec n’y échappe pas. De plus en plus d’entreprises font le choix de convertir leur parc ou une partie de leur parc au gaz naturel, et ce, pour plusieurs raisons.

D’abord, en plus d’être une option économique, les véhicules alimentés au gaz naturel jouissent d’une grande autonomie et sont aussi sûrs que ceux alimentés au diesel. Ensuite, le réseau de stations publiques se densifie et les camionneurs peuvent compter sur plusieurs points de ravitaillement dans la province, en Ontario et aux États-Unis.
Faux.
Tout carburant utilisé pour propulser un véhicule et stocké à même ce véhicule n’est pas considéré comme une matière dangereuse. Ainsi, un camion au gaz naturel peut circuler sans problème dans un tunnel.

Faux.

Selon la capacité des réservoirs de gaz naturel installés (jusqu’à 210 gallons de diesel équivalent), un camion peut rouler bien au-delà de 1 250 km avec un plein.

Faux.

Dans une station publique, le remplissage du réservoir d’un camion au gaz naturel s’effectue aussi rapidement que celui d’un camion au diesel. De plus, remplir le réservoir d’un camion de gaz naturel ne nécessite aucune supervision ni aucune carte de compétence, contrairement au propane.

Faux.

Le prix du gaz naturel est très stable comparativement à celui de l’essence et du diesel et ne dépend pas du prix du baril de pétrole. À la pompe, le prix du gaz naturel comprimé (GNC) ou du gaz naturel liquéfié (GNL) peut même se situer sous la barre du 0,60 $/ litre équivalent diesel.

Faux.

Le gaz naturel est aussi et même plus sécuritaire que le diesel. Comparativement à ce dernier, la concentration du gaz naturel dans l'air doit être plus grande et sa température plus élevée pour qu'il s'enflamme. Comme le gaz naturel est conservé sous pression, les réservoirs sont dotés d’une épaisse paroi en aluminium renforcée de fibre de carbone. Les réservoirs de gaz naturel résistent donc beaucoup mieux aux impacts que les réservoirs de diesel.

Faux.

En suivant les recommandations du manufacturier, les coûts d’entretien d’un camion au gaz naturel sont comparables à ceux d’un camion au diesel. Mais comme les camions au gaz naturel ne nécessitent pas de système complexe de traitement des gaz d’échappement (ni urée ni filtre à particules), leur fiabilité à long terme peut s’avérer supérieure à celle d’un camion au diesel.

Suivez le lien du réseau des stations publiques de gaz naturel.

Route bleue