Nouveautés dans le marché du SPEDE

Le marché du carbone n’a pas échappé à la tourmente associée à la COVID-19. Avec le ralentissement économique mondial annonçant des émissions de GES à la baisse, les prix des unités d’émission sur le marché secondaire ont chuté largement en dessous du prix plancher de 16,68 $ US en mars 2020.

En effet, les prix ont atteint un creux aussi bas que 11,80 $ US le 20 mars 2020, résultant entre autres du retrait massif du marché de plusieurs spéculateurs qui avaient pris des positions importantes au cours de la dernière année. Depuis, les prix sont à la hausse et ont atteint 15,63 $ US le 17 avril dernier, ils sont toujours sous le prix plancher effectif des ventes aux enchères.
Curieusement, selon certains scénarios, la baisse de la demande à court terme pour les unités d’émission dans le marché secondaire pourrait avoir un effet à la hausse sur les prix du SPEDE à moyen terme. En effet, advenant le cas où les prochaines ventes aux enchères de 2020 ne permettraient pas d’écouler la totalité des unités d’émission à vendre, ces unités excédentaires seraient remises en vente ultérieurement, puis éventuellement retirées du marché par les gouvernements au-delà du délai prévu à la réglementation, si elles n’étaient toujours pas vendues. Il pourrait ainsi en résulter une réduction permanente de l’offre d’unités d’émission dans un contexte d’une réduction seulement temporaire de la demande.

La durée de la crise sanitaire et ses effets sur les émissions de GES seront à surveiller très étroitement au cours des prochains mois afin de bien évaluer les impacts sur l’évolution des prix des droits d’émission du SPEDE. À plus court terme, les résultats de la vente aux enchères de mai 2020 seront à surveiller et pourront donner un aperçu plus clair des impacts sur le marché, dans un contexte où le dollar canadien a lui aussi subi une dévaluation importante par rapport à la devise américaine.